jeudi 22 juin 2017

Médecins et urgences médicales en Islande

Il vous arrive un pépin en Islande? Pas de panique, voici comment vous y retrouver si vous avez soudainement besoin de voir un médecin ou de trouver un médicament en Islande. L’Islande possède un système médical moderne et dispose de cabinet médicaux et d’hôpitaux comme dans les autres pays d’Europe.

Médecins et urgences médicales en Islande

Les pharmacies, apótek en islandais, sont généralement ouvertes de 10h à 18h en semaine, de 10h à 14h le samedi, et fermé le dimanche et les jours fériés. Dans la capitale islandaise, deux pharmacies restent ouvertes jusque minuit: Lyfja Lágmúla and Lyfja Smáratorgi. Dans les régions plus isolés, il n’y a généralement pas de pharmacie, ou alors elles ouvrent trop succinctement -si vous dépendez d’un certain médicament, mieux vaut vous le procurer avant de partir en voyage.

Les médicaments contre les maux de têtes ou autres douleurs sont vendus sans problème dans toutes les pharmacies, mais pour d’autres types de médicaments il vous faudra une ordonnance. Pour cela, il faut vous rendre dans un cabinet médical, ou heilsugæsla, où vous verrez un docteur. Il faut un rendez-vous entre 8h et 15h, puis à partir de 15h, vous pouvez vous présentez spontanément au cabinet médical et attendre votre tour pour voir un médecin.

Médecins et urgences médicales en Islande

Il y a également une permanence téléphonique chaque matin si vous souhaitez vous entretenir en privé avec un docteur. L’attente peut être longue mais une fois en ligne avec le médecin il prendra son temps pour vous écouter.

Si vous avez un accident ou besoin d’attention médicale immédiate, rendez-vous aux urgences de l’hôpital. Les deux hôpitaux principaux du pays se trouvent à Reykjavik et à Akureyri. En cas d’urgence, vous pouvez aussi appeler le 112 qui vous indiquera la marche à suivre. Pour les cas les moins graves, vous pouvez appeler le 1770 pour parler à une infirmière qui pourra aussi vous indiquer la location du centre médical ou la clinique la plus proche.

Si vous possédez le formulaire E-111 ou la carte d’assurance santé européenne, vous n’aurez pas à avancer tous les frais médicaux, mais une partie des soins restera quand même à votre charge. Renseignez-vous avant de partir pour savoir quelle genre de prestations seront remboursées par votre assurance.

Médecins et urgences médicales en Islande

Si vous n’êtes pas à l’aise en anglais et que vous êtes à l’hôpital, il faut savoir que vous pouvez demander aux employés de trouver un interprète; cela peut s’avérer compliqué dans les villes les plus petites mais toutes celles qui le peuvent proposent ce service.

Islande24
© Tous droits réservés

samedi 17 juin 2017

Sept églises à voir en Islande

Kirjkubær
Lorsque l’église de Stöðvarfjörður a cessé ses activités religieuses, un couple islandais a décidé de la racheter et de la transformer en résidence secondaire; ils ont fait un travail magnifique, et la belle église au toit bleue est l’une des célébrités de ce petit village de l’est de l’Islande. Depuis leur divorce, l’ancien couple a décidé de transformer l’église en auberge de jeunesse, et jusque dix personnes peuvent y séjourner. Notez qu’il est interdit d’utiliser les églises comme lieu où poser votre sac de couchage pour la nuit - Kirjkubær est une exception, et c’est en échange d’un paiement que l’on vous y offrira un lit!

Sept églises à voir en Islande

Akureyrarkirkja
L’église d’Akureyri est située en plein coeur du centre-ville et domine le quartier. Elle a été conçue par Guðjón Samúelsson (que l’on retrouvera à Hallgrímskirkja à Reykjavík), et sa construction s’est terminée en 1940. Cette église protestante possède un orgue de 3200 tuyaux et l’une des fenêtres principales a été donnée par l’église de Coventry, en Angleterre.

Stykkishólmskirkja
La nouvelle église de Stykkishólmur est un bâtiment en ciment qui a été édifié en 1990. Elle se dresse sur un promontoire qui surplombe la ville et peut accueillir près de 300 personnes. Elle est le fruit de l’architecte Jón Haraldsson et l’autel à été peint par Kristín Gunnlaugsdóttir. L’église est connue pour être l’hôte de nombreux concerts et a une acoustique excellente.

Sept églises à voir en Islande

Bláa Kirkjan de Seyðisfjörður
Quiconque visite la ville ne peut pas manquer Bláa Kirkjan, la petite église bleue de Seyðisfjörður. En plus d’être pittoresque et charmante, l’église est connue pour sa série de concerts Blue Church Summer Concert Series. Du 1er juillet au 12 août environ, tous les ans depuis 1998, la ville organise chaque mercredi soir un concert dans l’église. Blues, folk, jazz et musique classique se donnent rendez-vous dans une ambiance détendue et chaleureuse.

Budirkirkja
Cette petite église est très certainement aussi connue que sa consoeure de la capitale islandaise, Hallgrimskirkja. Située dans la péninsule de Snæfellsnes, elle est facilement reconnaissable, tout en noir face aux montagnes de la péninsule. Une église du XVIIIème siècle avait été érigé sur le site, puis détruite et reconstruite cent ans plus tard. L’église a été rénovée en 1951 et 1984-1986, puis légèrement déplacée, mais reste fidèle à l’église originale du XVII ème siècle.

Grund
Cette église située au coeur du fjord Eyjafjörður semble plus appartenir à un pays orthodoxe de l’est de l’Europe qu’à l’Islande, mais elle vaut le coup d’oeil. Construite en 1905, l’intérieur rappelle un peu une maison d’opéra. C’est la plus grande église d’Islande qui a été financé par un seul mécène.

Sept églises à voir en Islande

Hallgrímskirkja
Enfin, nous ne pouvions pas terminer cette liste sans y mentionner Hallgrímskirkja, la célèbre église incontournable de Reykjavík. C’est l’église la plus haute d’Islande avec ces 73 mètres de hauteur. Située en plein coeur de Reykjavík, l’imposante bâtisse conçue par Guðjón Samúelsson a été construite de 1945 à 1986... La vue du haut de l’église donne un panorama magnifique de la capitale islandaise. L’église est également connue pour son orgue de la célèbre marque allemande Orgelbau Klais qui possède 5275 tuyaux.

Islande24
© Tous droits réservés

samedi 10 juin 2017

Ce qui nous manque à Reykjavik

Nous vous avons parlé dans un autre article des incontournables de Reykjavík, ces endroits qui sont là depuis toujours et qui continuent à prospérer. Mais la capitale islandaise est une ville changeante, et l’afflux touristique de ces dernières années à transformé son visage. Nous vous guidons donc à travers les rues de Reykjavik il y a quelques années pour vous parler des cafés et des lieux qui nous manquent… et de ce qu’ils sont devenus aujourd’hui.

Sirkus
Klapparstígur 30

Sirra Sigrun Sigurdardottir - Ce qui nous manque à Reykjavik

La petite maison qui a abrité Sirkus pendant de nombreuses années est bien connue pour ceux qui connaissent bien la capitale islandaise. Au XIXème siècle, c’était une épicerie, puis c’est devenu un bar en 1990; les noms et les propriétaires s’y sont succédés, de N1 à Grand Rokk, jusqu’à ce que Sigga “Boston” rachète l’affaire pour 4 million de couronnes (35000 euros) en 2000. Le bar s’appelait alors Sirkus et proposait du vin et des gourmandises françaises, puis il est devenu une scène pour les groupes islandais, et le public de Sirkus se composait principalement de musiciens et d’artistes de Reykjavík. Björk y jouait et dansait régulièrement, et cela a certainement contribué à en faire un lieu connu des voyageurs -qui pouvait alors passer des heures à faire la queue pour y entrer, un soir de weekend.

Ce bar légendaire a fermé ses portes en février 2008, après huit ans de musique et de nuits folles. La propriétaire du lieu, Sigga, a ouvert le bar Boston, sur Laugavegur, après la fermeture de Sirkus. Sirius s’est transformé en Macland, un magasin vendant des produits informatiques, et fait aujourd’hui partie du complexe hôtelier Hilton.

Tiú drópar - Le château des dix gouttes
Laugavegur 27

Tiny Iceland - Ce qui nous manque à Reykjavik

Lui aussi café français à ses heures perdues, Tiú drópar a fermé en 2016 après 30 ans de service. Le café était connu et aimé pour ses brunchs, ses gaufres et sa musique jazz. Le soir après 18h, le café avait des allures de brasserie et proposait du vin et des plateaux de fromage à partager. L’atmosphère délicieuse de Tiú drópar en faisait un endroit fascinant! Aujourd’hui, c’est un restaurant vietnamien.

Faktóry
Smiðjustígur 6
Ce bar qui faisait office de salle de concert a ouvert ses portes en 2010 et les as fermés définitivement en 2013. C’est assez court pour se faire une réputation, mais Faktóry était devenu l’un des meilleurs endroits pour profiter de musique live dans la capitale islandaise, surtout pour les fans d’electro. Le bar était situé en plein coeur du petit square recouvert de graffiti, ou jeunes e moins jeunes aimaient passer du temps lors des beaux jours. Leur dernière soirée du 11 août 2013 a été animée par les membres du groupe GusGus. Aujourd’hui, Faktóry n’existe plus et l’ensemble des bâtiments du coeur de Smiðjustígur abrite un hôtel Hilton.

Ce qui nous manque à Reykjavik

Bakkus
Tryggvagata 22
Bakkus servait de la bière à prix dégressif et proposait une sélection de vodka impressionnante. Il y avait toujours quelque chose à Bakkus: un concert, une soirée film, un quizz, une rencontre organisée… Aujourd’hui, le bar Húrra qui le remplace garde un peu cet esprit bon enfant.

Hemmi og Valdi
Laugavegur 21
Ajourd’hui remplacé par l’excellent Reykjavik Roasters, Hemmi og Valdi ressemblait au salon de votre grand-mère et était un endroit agréable pour y boire un café ou une bière. Le choix de la musique dépendait du barman qui travaillait ce jour là, et avec un peu de chances vous pouviez entendre quelques morceaux des excellents groupes A Silver Mount Zion ou Hanged Up.

Ce qui nous manque à Reykjavik

Islande24
© Tous droits réservés

mercredi 7 juin 2017

Látrabjarg

N65° 30′ 8.760″ W24° 31′ 46.749″

La région des fjords de l’ouest est parfois surnommée « la région oubliée la plus connue de l’Islande ». C’est la dimension extraordinaire de la nature qui y attire les voyageurs : vierge et presque inhabitée, c’est un véritable spectacle. Les falaises et les vallées regorgent d’oiseaux, et les fjords déserts offrent de purs moments de silence et de tranquillité, avec le renard arctique parcourant les montagnes et les anses. Les chutes d’eau sont impressionnantes et l’eau transparente. Les routes courent sur de longues distances et les fjords sont profonds. Certains lieux n’ont même pas de route pour y accéder.

Látrabjarg

Látrabjarg est une falaise d'Islande abritant des millions d'oiseaux marins, et connu pour abriter la colonie de macareux moine la plus importante du monde. Ses falaises, qui mesurent 14 kilomètres de long, et culminent jusqu’à 440 mètres d’altitude, constituent un lieu de vie pour des dizaines de milliers d’oiseaux. 40% de la population mondiale de petits pingouins y nichent, et on y trouve également bon nombre de guillemots et de fous de Bassan. Pour les ornithologues passionnés, ou tout simplement pour ceux qui aiment les oiseaux ou la nature, Látrabjarg est un endroit particulier.

La route pour y parvenir n’est pas toujours de tout repos, avec trous et graviers, mais le spectacle vaut bien le détour, si vous disposez de suffisamment de temps. La route 612 jusqu’au site fait 36 kilomètres de long et vous emmène jusqu’au phare de Bjargtangar, le point le plus occidental de l’Islande. A partir de là, un chemin suit le long de la falaise de Látrabjarg -vous pouvez le parcourir dans son intégralité (14 kilomètres), ou revenir sur vos pas lorsque vous le souhaitez. C’est l’endroit parfait pour les amoureux d’oiseaux et pour les photographes. Pendant l’été, il est possible de rejoindre Látrabjarg par bus, en partant des villes principales des fjords de l’ouest.

Látrabjarg

La route qui mène à Látrabjarg reste généralement enneigée jusque tard dans l’année, et se dégage souvent en mai selon les conditions d’enneigement et climatiques. Si vous souhaitez apercevoir les macareux, sachez que vous ne pourrez les admirer qu’entre mi-mai et mi-août, lorsque qu’ils nichent en Islande. Près de la falaise, les autorités islandaises ont tracés des lignes blanches pour indiquer qu’il est dangereux de vous aventurez au-delà; les roches sont fragiles et peuvent s’effondrer sous votre poids.

Bon à savoir:
Il n’y a pas de station essence aux environs de Látrabjarg, pensez à faire le plein avant de vous y rendre.Il n’y a pas de commodités sur le site.
Il y a peu d’options pour se restaurer et pour dormir dans la région, en dehors de l’hôtel Látrabjarg, l’hôtel/guesthouse Breiðavík et des chalets d’été d’Hænuvík. Le camping de Brunnar, à deux kilomètres du site, peut s’avérer être une bonne alternative, mais il n’y a pas d’eau courante. Le village de Patreksfjörður est sans doute le lieu le plus proche où se restaurer et séjourner dans la région.
Prenez garde de ne pas tomber du haut des rochers lorsque vous contemplez les oiseaux et les environs. Respectez les lignes blanches.
Respectez les lieux et ses habitants les oiseaux.

Látrabjarg

Islande24
© Tous droits réservés

jeudi 1 juin 2017

Quatre courts-métrages islandais à voir absolument

Pour regarder des films et des courts métrages islandais en ligne, l’excellent Icelandic Cinema Online propose une large sélection de films petits et grands, pour quelques euros et parfois pour rien. Vous pouvez aussi voir une carte des films qui ont été tournés en Islande ici, en apprendre plus là et aussi télécharger l’application. En attendant, nous vous présentons quatre courts-métrages islandais qui valent le coup d’oeil.

Stanislaw
En 2010, Jón Már Gunnarsson, de l’école du film islandais, a décidé de s’attaquer aux clichés dans ce court-métrage où se rencontrent islandais “de souche” et immigrants venant s’installer en Islande. L’histoire nous emmène à la rencontre de Stanislaw, jeune polonais, invité pour la première fois dans la famille de sa petite amie islandaise. Rebondissements, surprises et ironie sont au programme de ce court-métrage réussi, qui se moque de tous les stéréotypes possibles et imaginables de la société islandaise d’aujourd’hui.

Quatre courts-métrages islandais à voir absolument

Hvalfjörður
Si vous êtes un passionné de l’Islande, vous connaissez évidemment le fjord de Hvalfjörður, dans le sud-ouest de l’Islande, connu pour la cascade Glýmur et aussi pour abriter une station baleinière. C’est dans ce “fjord de la baleine” que se déroule l’histoire, et où l’on découvre le lien fort qui unit deux jeunes frères vivant dans cette région isolée. Le directeur du film Guðmundur Arnar Guðmundsson a récemment été acclamé pour son long-métrage Hjartasteinn en 2016, qui peint avec délicatesse le portrait de jeunes hommes qui découvrent leur sexualité.

Quatre courts-métrages islandais à voir absolument

Siðasti bærinn
“La dernière ferme” raconte un épisode de la vie d’un couple âgé dans une ferme islandaise. Siðasti bærinn est une belle histoire d’amour qui montre l’affection d’un vieil homme pour sa terre, sa solitude et son indépendance. Le film a été tourné dans une ferme abandonnée des fjords de l’ouest. Le directeur du film Rúnar Rúnarsson est aussi connu pour ses longs-métrages plus récents, Eldfjall (Volcan) et Þrestir (Moineaux). La musique de Siðasti bærinn a été composée par Kjartan Sveinsson, ancien membre du groupe Sigur Rós. Vous pouvez également voir d’autres courts-métrages du même réalisateur, comme Smáfuglar (“petits oiseaux”) et Anna.

Quatre courts-métrages islandais à voir absolument

Sker
C’est beau comme le reflet d’une montagne sur l’eau, beau comme un soir d’été, comme un voyage dans les fjords de l’ouest ou comme le petit nez d’un phoque que l’on aperçoit dans l’eau… Ce court-métrage, filmé juste à côté de la magnifique cascade de Dynjandi, vous fera rêver par ses paysages et aussi un peu frissonner avec son histoire! C’est un film incroyablement réussi. Le directeur Eyþór Jóvinsson est un natif des fjords de l’ouest; il tient aujourd’hui une petite librairie café à Flateyri. Lui-même et quatre autres jeunes de la région ont crée la compagnie de films Glamá, alors qu’aucun d’entre eux n’a d’éducation ou d’expérience dans ce domaine -uniquement un enthousiasme pour faire des films et un amour pour la région! Le résultat et surprenant.

Quatre courts-métrages islandais à voir absolument

Islande24
© Tous droits réservés