dimanche 28 janvier 2018

L’ouest de l’Islande en dix jours

Jour 1
Si vous arrivez de France ou de Belgique, il y a des chances pour que vous arriviez dans l’après midi. Rejoignez la capitale islandaise et passez-y la fin d’après midi et la soirée. Reykjavík se trouve à environ 40 kilomètres de l’aéroport international de Keflavík. En quelques heures, vous aurez le temps de voir la rue principale, Laugavegur, de flâner près du port (et pourquoi pas y manger un morceau dans l’un de ses restaurants ou café), de visiter Harpa et la cathédrale Hallgrímskirkja. Si vous avez un peu plus de temps, une visite dans une piscine islandaise s’impose, même si vous aurez le temps d’y aller les jours suivants.

L’ouest de l’Islande en dix jours

Jour 2
Prenez votre petit déjeuner à Reykjavík (l’hôtel Icelandair Marina ou Grái kötturinn sont de bonnes options -le petit déjeuner n’est pas donné mais absolument délicieux avec de bonnes portions!), puis en route pour le cercle d’or! Le voyage vous mène au parc national de Þingvellir, où le parlement islandais a été crée en l’an 1000, puis à Geysir pour admirer les geysers et les fumeroles du site. Après 130 kilomètres de route environ, vous arriverez à Gullfoss, la cascade dorée. Sur le retour, vous pouvez visiter le petit cratère de Kerið qui se trouve non loin de la route 35; il faut payer la petite somme de 400 ISK pour y avoir accès. Nous vous conseillons ensuite de passer la nuit à Selfoss (70 kilomètres) ou Borgarnes (190 kilomètres).

Jour 3
Arrêtez-vous pour admirer les colonnes de Basalte de Gerduberg, à une cinquantaine de kilomètres de Borgarnes, puis rejoignez Arnastapi sur la péninsule de Snæfellsnes. Arnastapi se trouve à 120 kilomètres de Borgarnes (et à 240 de Selfoss, si c’est à cet endroit que vous aviez décider de passer la nuit). Arnarstapi ou Stapi est un petit village de pêcheurs et un vieux sentier très intéressant longe le littoral jusqu’à Hellnar. C’est une petite marche detrente minutes, et on peut y admirer les anciennes maisons que louaient les pêcheurs ainsi que de nombreux oiseaux. Dix kilomètres après Hellnar, la plage de Djúpalónssandur vaut le coup d’oeil;  c’est une belle plage de galets d’où l’on peut admirer plusieurs roches de forme mystérieuse qui émergent de l'océan. Vous pouvez poursuivre un peu votre route et vous arrêtez pour admirer la colonie de phoques d’Ytri Tunga, ou pour faire une expédition guidée sur le glacier Snæfellsjökull. Passez la nuit dans les environs, par exemple à l’hôtel Búðir ou à l’auberge de jeunesse The Freezer à Rif.

Ytri Tunga

Jour 4 - Hellissandur et Rif sont deux petits villages de pêcheurs qui se situent à deux kilomètres l’un de l’autre. Si vous rejoignez ces deux villages en marchant, vous aurez la chance d’admirer une colonie d’oiseaux magnifique. Grundarfjörður et Stykkishólmur sont également deux petites villes intéressantes à visiter; la première vous offrira une vue imprenable sur le mont Kirkjufell. La seconde a une vie culturelle assez importante, en particulier en été; vous pourrez y visiter la maison norvégienne, un musée local, l’église moderne de la ville connue grâce à sa forme inattendue et la librairie d’eau, une installation intéressante située dans l’ancienne bibliothèque. Vous pouvez passer la nuit à Reykhólar, à environ 180 kilomètres de Grundarfjörður.

Jour 5
Nommé d’après Saint Patrick, le guide spirituel d’Örlygur Hrappson, qui s’est installé le premier dans la région, le fjord de Patreksfjörður compte aujourd’hui près de 700 habitants. Au sud du fjord, on peut admirer la plus haute montagne des fjords de l’ouest, Kalbakur (998 mètres). Vous pouvez louer un vélo, faire une escapade en mer pour pêcher, ou tout simplement marcher pour admirer les nombreux oiseaux de la région: aigles à la queue blanche, pingouins torda, guillemots et fous de bassan y sont très nombreux. Les macareux sont également présents, et Látrabjarg n’est pas loin: c’est un rocher de 14 kilomètres de long et jusqu’à 440 mètres de haut où se nichent chaque été des milliers d’oiseaux. La plage de Rauðasandur est également un très bel endroit, et l’une des seules plages d’Islande ou le sable n’est pas noir. Vous pouvez passer la nuit à Bíldudalur, situé à 230 kilomètres de votre point de départ, Reykhólar.

L’ouest de l’Islande en dix jours

Jour 6
Le fjord suivant, Arnarfjörður, abrite un musée qui raconte l’histoire des créatures des mers qui semblent vivre dans la région... Arnarfjörður est l’un des plus beaux des fjords de l’ouest avec ses paysages variés et ses montagnes imposantes, et l’endroit est aussi et surtout connu pour abriter la cascade Dynjandi, si majestueuse et impressionante du haut de ses 100 mètres. Dans les environs, vous pouvez visiter les petits villages de Þingeyri, dans le fjord de Dýrafjörður, et Flateyri, où vous pourrez en apprendre plus sur l’histoire de la région et visiter plusieurs musées, dont le musée du n’importe quoi. Vous pouvez ensuite rejoindre Isafjörður, la capitale des fjords de l’ouest. L’étape du jour est de 170 kilomètres environ.

Jour 7
Isafjörður, petite ville de 2600 habitants, a beaucoup à offrir pour les voyageurs: golf, randonnées, cyclisme, randonnées à cheval, pêche, kayak et autres activités sont disponibles pendant l’été. C’est aussi une petite ville sympathique pour flâner et profitez du poisson frais qu’offrent les restaurants de la ville. Continuez votre voyage jusque Súðavík, à vingt kilomètres au sud d’Isafjörður, où vous pourrez en apprendre plus sur l’avalanche de 1995 qui a “coupé” le village en deux, et sur le renard polaire en visitant le centre de recherche islandais sur le renard polaire. Passez la nuit à Isafjörður et profitez de ce qu’elle a à offrir.

L’ouest de l’Islande en dix jours

Jour 8
Continuez jusqu’à Litlibær, à 80 kilomètres d’Isafjörður, une petite maison historique que vous pouvez visiter et où vous pouvez faire une pause café -avec la meilleure vue de toute l’Islande! 150 kilomètres de plus vous mèneront jusqu’à Hólmavík, où vous pourrez visiter le musée de la sorcellerie. En chemin, vous pouvez vous arrêtez dans la vallée de Heydalur pour profitez d’un bain dans l’une des nombreuses sources d’eau chaude de la région.

Jour 9
Retournez tranquillement vers le sud, et dirigez-vous vers la péninsule de Reykjanes. Sur la péninsule, il y a de nombreux sites à visiter. Parmi eux, la source chaude bouillonnante la plus large d’Islande de Gunnuhver, la formation de lave Brimketill,  les montagnes de sulphure de Brennisteinfjöll ou encore le fameux Blue Lagoon (pensez à réserver à l’avance si cela vous intéresse!). La distance jusqu’à l’aéroport international de Keflavík est de 276 kilomètres.

L’ouest de l’Islande en dix jours

Jour 10
Départ. Nous espérons que vous avez passé un bon séjour. Racontez-nous!

Islande24
© Tous droits réservés

lundi 22 janvier 2018

Les lieux les plus dangereux d’Islande

En février 2016, après un incident sur la plage de Reynisfjara au cours duquel un homme a trouvé la mort, le Ministère de l’Industrie et de L’Innovation, aussi responsable du tourisme, s’est réuni pour compiler une liste des 24 sites les plus dangereux d’Islande. Des mesures de sécurité plus importantes sont prévues dans ces lieux, et nous vous donnons quelques informations à retenir lors de votre voyage en Islande.

Arnarstapi
Autour de la jetée d’Arnastapi, une petite communauté de la péninsule de Snæfellsnes, se trouvent de grande colonnes de basaltes et des ravins autour desquels nous vous recommendons la pplus grande prudence. Cet endroit connu pour sa beauté peut être dangereux, avec des rochers et des arches qui peuvent former un vide de chaque côté. Cependant, en exerçant la prudence, la petite marche qui relie Arnastapi à Hellnar est à ne manquer sous aucun prétexte!

Les lieux les plus dangereux d’Islande

Dettifoss
Dettifoss, dans le parc national du Vatnajökull, est située à 308 mètres d’altitude dans un des canyons de la rivière Jökulsá á Fjöllum, issue de la fonte du glacier précédemment mentionné. Probablement la chute d’eau la plus populaire de toute l’Islande, on la considère comme la plus puissante d’Europe, avec ses 100 mètres de largeur, ses 45 mètres de hauteur et son débit impressionnant. Ne risquez pas votre vie pour la photo du siècle -restez à distance raisonnable de la cascade...

Djúpalónssandur
La plage de Djúpalónssandur est l’un des plus beaux endroits de la péninsule de Snæfellsnes, déjà évoquée plus haut dans cet article. On peut trouver sur cette plage les restes d’un bateau qui s’y est échoué, il y a bien des années, et aussi de gros rochers que vous pouvez essayer de soulever pour tester votre force, comme les marins de l’époque (le rocher le plus lourd fait 154 kilos!). Sur cette plage, les courants et les vagues peuvent être extrêmement fort, et la profondeur de la mer augmente très soudainement; un couple de touristes aurait pu y perdre la vie en 2015 lorsqu’une vague apparemment sortie de nulle part a failli les entraîner vers les profondeurs marines.

Dyrhólaey
Le promontoire de Dyrhólaey, haut de 120 mètres, est le point le plus au sud de l’île principale en Islande,  non loin du village de Vík. Les éboulements sont fréquents et l’agende de la protection civile ferme régulièrement certains endroits du site aux visiteurs; respectez les éventuelles barrières et dans tous les cas, ne vous approchez pas trop près du bord -il pourrait s’achapper sous vos pieds, et on n’est jamais trop prudent...

Grjótagjá

Geysir
Geysir, dans la vallée d’Haukadalur, est sans doute le site naturel le plus connu d’Islande, et abrite plusieurs geysers, dont le plus connu, Strokkur, qui jaillit plusieurs fois par heures.  Les “éruptions” à Geysir peuvent projeter  de l’eau bouillante jusqu’à 70 mètres dans les airs. Geysir peut aussi être un endroit dangereux si vous ne respectez pas les barrières et les sentiers, car l’eau et même la terre peuvent avoir des températures qui dépassent les 100 degrés. Les cordes qui ont été installés à Geysir sont là pour une raison... respectez les!

Goðafoss
Goðafoss, « la cascade des Dieux », se situe sur la route numéro un entre Akureyri et Mývatn sur le fleuve Skjálfandafljót. Cette magnifique cascade, pourvue d’une riche histoire, fait 12 mètres de hauteur et 30 mètres de largeur. En été, vous pouvez profiter de la cascade presque sans inquiétude, à condition bien sûr de ne pas trop vous en approcher. En hiver, par contre, la neige et la glace recouvre toute la surface autour de la cascade, et la visibilité n’est pas très bonne: difficile de savoir jusqu’où il est raisonnable de s’approcher. De plus, la neige avale les indications et les cordes de sécurité, et peut aussi s’accumuler sur les bords du précipice dans lequel se jette la cascade, donnant l’impression d’un “faux sol” sous vos pas.

Grjótagjá et Stjóragjá
Grjótagjá est une petit grotte de lave près du lac Mývatn qui abrite une source d’eau chaude. Au XVIIIème siècle, le hors-la-loi Jón Markússon y a vécu et utilisait la grotte pour se laver. Jusque dans les années 1970, Grjótagjá était une source populaire dans laquelle les locaux se baignaient, puis les éruptions de 1975 à 1984 ont rendu l’eau trop chaude -elle est aujourd’hui aux alentours de 50 degrés. Sa voisine Stóragjá est un peu moins chaude et sert de bain pour les locaux comme pour les voyageurs. Attention à la température de l’eau dans les deux grottes qui sont souvent confondues; de plus, la roche au plafond peut s’effondrer. Un signe à l’extérieur des grottes vous indiquent que vous vous y baignez à vos risques et périls.

Fjaðrárgljúfur

Gullfoss
Gullfoss, la cascade dorée, est certainement la cascade la plus populaire d’Islande. Située dans le fameux Cercle d’Or, avec le site de Geysir et le parc national de Þingvellir, c’est un site incontournable du sud islandais. La cascade est de 32 mètres de haut, mais le canyon aux alentours peut atteindre les 70 mètres de haut. A Gullfoss, certains voyageurs ne tiennent pas compte des chaines et des barrières qui empêchent l’accès aux endroits les plus dangereux près de la cascade. Prenez en plein les yeux… mais pas de trop près! En hiver, le chemin qui mène à la cascade est particulièrement dangereux et glissant.

Gunnuhver
Gunnuhver, sur la péninsule de Reykjanes, est un site géothermique connu pour ses bouillons boueux. C’est un endroit beau et surprenant, mais encore une fois, attention aux températures qui peuvent être de plus de 300 degrés celcius! Respectez les chemins et les barrières. Il est arrivé que Gunnuhver soit fermé par la police locale lorsque de la boue chaude se propulsait à plusieurs mètres de hauteur dans les airs.

Fjaðrárgljúfur
Fjaðrárgljúfur est un canyon gigantesque et magnifique, de deux kilomètres de long et profond de cent mètres. Les environs du canyon peuvent être abrupts et étroits, et il vous faut être prudent dans les environs.

Krísuvíkurbjarg

Jökulsárlón
Jökulsárlón est un lac glaciaire situé dans le sud de l’Islande, aux portes du parc national du Vatnajökull. C’est un lieu extrêmement populaire, doté de couleurs incroyables, et aussi car des icebergs flottent sur le lac. Récemment, des voyageurs se sont mis en grave danger en sautant d’icebergs en icebergs, où en s’aventurant sur la glace flottante. Cela semble évident et devrait l’être pour tous, mais ne vous aventurez pas sur la glace ou dans l’eau!

Ketubjörg
La cascade de Ketubjörg est située sur la face ouest du fjord de Skagafjörður dans le nord de l’Islande. Près de 120 mètres de haut, la cascade est impressionante, mais le rocher qui la forme est escarpé et dangereux. Sur le sol, à de nombreux endroits, des fissures ont commencé à se formé, et augmente les risques d’éboulements. Nous vous recommendonc donc la plus grande prudence!

Kolugljúfur
Dans le sud de la peninsule de Vatnsnes, la gorge de Kolugljúfur est longue de plus d’un kilomètre et profonde de 40 à 60 mètres. La rivière plonge dans la gorge et forme deux cascades magnifiques que l’on appelle Kolufossar. Le ravin formé par la gorge est de taille importante, et la prudence s’impose encore une fois.

Les lieux les plus dangereux d’Islande

Krísuvíkurbjarg
Krísuvíkurbjarg est un rocher gigantesque qui semble s’élever depuis la mer, près de Grindavík sur la péninsule de Reykjanes. L’été, des milliers d’oiseaux y trouvent refuge. Bien que la route ne soit pas bien lisse pour y parvenir, et peut être bloquée par la neige en hiver, c’est un endroit magique qui vous offrira une vue imprenable sur la mer et les côtes islandaises. Il est recommandé de ne pas s’approcher trop près du bord, et d’admirer la vue d’un peu plus loin.

Látrabjarg
Látrabjarg, le point le plus à l’ouest de l’Islande, est une ligne de roches qui s’étend sur quatorze kilomètres de long et haute de 441 mètres. Situé sur la route 612, et connu pour abriter des milliers d’oiseaux pendant l’été, le lieu est plutôt ardu, et il faut prendre garde à ne pas tomber du haut des rochers lorsque vous contemplez les oiseaux et les environs.

Námaskarð/ Leirhnjúkur
Cette montagne volcanique située près de Mývatn abrite un site géothermique, nommé Hverir. Hverir est un endroit qui bouillonne... fumeroles et bouillons sont au rendez-vous! Respectez les barrières et cantonnez-vous aux chemins balisés, car les températures de ces bains de boue sont parmi les plus élevées d’Islande.

Reykjadalur

Reykjadalur
Reykjadalur, “la vallée qui fume”, est une vallée magnifique du sud de l’Islande, characterisé par une activité géothermique intense et connue pour sa rivière chaude dans laquelle il est possible de se prélasser. Située à 40 kilomètres de la capitale Reykjavík, près de la petite ville de Hveragerði, Reykjadalur est un lieu favori des randonneurs et amoureux de la nature. Attention cependant, car certaines portions de la rivière chaude ont des températures extrêmement elevées, et pas du tout appropriées pour se baigner.

Reynisfjara
La magnifique plage de Reynisfjara est devenue tristement célèbre lorsqu’un homme y a perdu la vie en février 2016 alors qu’il profitait de la beauté du lieu. En 2007, une femme originaire des Etats-Unis y avait également perdue la vie, emportée par une vague. Les vents et les vagues de la plage peuvent être très violents et dangereux, nous ne pouvons que repétez qu’il faut profiter des merveilles de la nature islandaise à distance respectueuse.

Seljalandsfoss
Seljalandsfoss et les chutes d’eau de Gljufrabui sont de jolies cascades dans le sud de l’Islande, sur la route numéro un, à trente kilomètres de Skógar. Seljalandsfoss fait 60 mètres de haut et est surtout populaire car on peut emprunter un chemin qui passe derrière la chute d’eau. C’est possible en été, mais peut recommendable en hiver, car la glace peut être très glissante et dangereuse, et des stalactites gigantesques peuvent tomber à tout moment et vous blesser.

Les lieux les plus dangereux d’Islande

Seltún
Seltún est une zone géothermique se trouvant sur la route 42 dans la péninsule de Reykjanes dans le sud de l’Islande; la température y est élevée car la zone abrite des dizaines de fumeroles et bains bouillonnants. Vous pouvez vous promenez sur le lieu en empruntant les chemins prévus à cet effet, et pas ailleurs; des explosions de boue brûlante et de fumée pourraient grièvement vous brûler.

Skógafoss
Près du petit village de Skógar, sur la route numéro un, se trouve une belle chute d’eau nommée Skógafoss. Très populaire parmi les sites à voir en Islande, de longues marches vous mènent au sommet de la cascade, haute de 60 mètres. En hiver, les marches sont glissantes et dangereuses -prudence!

Sólheimajökull
La langue glaciaire du glacier Sólheimajökull est une extension du glacier Mýrdalsjökull, un peu après Skógar, toujours sur la route numéro un dans le sud de l’Islande. S’aventurez sans guide sur la langue du glacier, même quelques mètres, est la dernière chose à faire, puisque des crevasses, non visibles, peuvent vous avaler au coeur du glacier.

Les lieux les plus dangereux d’Islande

Svínafellsjökull
Les mêmes recommendations sont valables pour le glacier Svínafellsjökull, un glacier constituant une langue glaciaire du Vatnajökull. Il est facilement accessible par une courte marche sur un sentier non loin de Skaftafell.

Víti/ Askja/ Drekagil
Askja est une destination populaire pour les voyageurs; c’est un ensemble de caldeiras dont la plus récente éruption date de 1961. Askja est surtout connue pour l’une de ses caldeiras, Öskuvatn, et pour son cratère Víti dans lequel il est possible de se baigner dans une eau qui va de 20 à 60°C selon les endroits. La route qui mène à Askja se situe dans les hautes-terres et n’est ouverte qu’en été; la route n’est accessible qu’en 4x4 (les plus petits ne passeront pas les gués) et le voyage peut sembler long et tortueux. Il vous faudra traverser plusieurs rivières et nous vous conseillons fortement de voyager à plusieurs voitures lors des passages de gués. Le conducteur sur cette route doit avoir de l’expérience, rouler doucement et être conscient que des obstacles peuvent apparaître sur la route. 

Si vous décidez de vous y rendre sans passer par une entreprise de tourisme, assurez-vous d’être suffisamment informé et équipé. Une alternative est d’utiliser les services de professionels du tourisme dans la région, comme ceux-ci. Si vous avez l’intention (et la possibilité) de vous prélasser dans Víti, sachez qu’en son centre la profondeur de l’eau peut aller jusqu’à huit mètres. Le chemin qui mène à la baignade peut être glissant, et la boue en bas peut être un peu chaude. Faites également attention aux éboulements de rochers qui arrivent occasionnellement.

Les lieux les plus dangereux d’Islande

Derniers conseils
Vous pouvez lire d'autres conseils ici. Vérifiez toujours l’état des routes sur le site internet de l’administration routière islandaise, ainsi que la météo. Respectez les barrières, les instructions et écoutez les conseils des locaux. Si vous voyagez en hiver, dans des endroits isolés, ou si vous vous rendez dans les hautes-terres (à toute saison), soyez prêts, faites vos recherches avant le départ et faites preuve de bon sens. En cas d’urgence, appelez les secours en composant le 112.

Islande24
© Tous droits réservés

vendredi 19 janvier 2018

Landmannalaugar

Landmannalaugar est une perle des hautes-terres d’Islande, située dans la réserve naturelle de Fjallabak. Situé à l’extremité du champ de lave de Laugahraun, formé lors d’une éruption volcanique en 1477, cet endroit est connu pour la beauté de son paysage et ses sources géothermales.

Landmannalaugar

Landmannalaugar est surtout connu pour ses sources d’eau chaude et ses chemins de randonnée -la nature aux alentours est époustouflante. Les randonnées les plus populaires sont celles qui mènent du champ de lave Laugahraun au mont Brennisteinsalda (environ deux heures de marche), l’ascension du mont Bláhnjúkur (une heure et demie de marche environ) et le chemin qui mène au lac-cratère Ljótipollur (environ quatre heures de marche). Landmannalaugar est aussi le point de départ de la randonnée très populaire qui relie Landmannalaugar à Þórsmörk (5 jours), de celle de Hellismannaleið qui mène jusqu’au volcan Hekla (4 jours), et de celle qui traversent le désert du Sprengisandur.

Au coeur du site, en été, vous trouverez un camping, un chalet géré par l’association des randonneurs islandais qui peut accommoder 75 personnes en dortoir, des douches et des toilettes, un petit bus transformé en magasin avec les essentiels (hors-de-prix, cela va sans dire), une agence qui propose des tours à cheval et un certain nombre d’autres voyageurs.

Landmannalaugar

De mi/fin juin à mi-septembre, vous pouvez partir de la capitale islandaise, Reykjavík, de Skaftafellm ou encore de Mývatn (en juillet) pour vous rendre à Landmannalaugar, puis repartir quelques heures plus tard ou y passer quelques jours. Vous pouvez choisir de rejoindre une excursion guidée, où vous en apprendrez beaucoup sur la région -une fois sur place, vous aurez quelques heures de liberté pour vous promener ou vous trempez dans une des sources chaudes de Landmannalaugar.

Vous pouvez également vous rendre sur le site par vous-même, et les routes sont généralement ouvertes de mi-juin à mi-septembre, même si cela peut varier. Vérifiez les conditions sur ce site. Même si une voiture classique pourrait faire l’affaire si vous empruntez la route 208 depuis Hrauneyar, au nord, nous recommendons vivement de vous rendre sur place avec un 4x4 -la route peut être chaotique. Si vous partez en véhicule classique, vous devrez vous garer un peu avant le site car il y a une rivière à traverser peu avant d’arriver à Landmannalaugar. Les deux autres options ne vous laissent pas d’autres choix que d’y aller avec un 4x4; vous pouvez prendre la route F208 par le sud, ou la F225 depuis l’ouest, près du volcan Hekla. Nous avons écrit un article détaillé sur la façon dont vous rendre sur place ici.

Landmannalaugar

D’octobre à mai, le site est inaccessible par vous-même, car la neige y est déjà bien présente, mais certaines agences de voyage vous y emmènent dans leur véhicules modifiés. La région est inhabitée, et entourés de neige, à bord du véhicule, vous aurez l’impression de vous rendre dans un autre monde. Vous pouvez même passer la nuit au refuge de Landmannalaugar. Soyez prêts à faire l’expérience de la solitude, de l’aventure... et, on vous le souhaite, des aurores boréales comme vous n’en avez jamais vu!

Islande24
© Tous droits réservés

lundi 15 janvier 2018

Voyagez en Islande en toute sécurité

Pas besoin de se faire du soucis si vous laissez votre voiture ouverte ou si vous avez oublié votre portefeuille au restaurant... vous aurez 95% de chances de retrouver l’un et l’autre intact. En Islande, le danger vient surtout de la nature et des conditions météorologiques capricieuses.

Si beaucoup de voyageurs viennent en Islande pour en visiter les merveilles, beaucoup ignorent que ces merveilles peuvent aussi être de potentiels dangers. La nature islandaise, et en particulier la météo, sont difficile et imprévisible. Il est important de connaître les dangers que vous pourrez rencontrer et d’y être préparé.

Voyagez en Islande en toute sécurité

Soyez prêts.
Faites des recherches et informez-vous lorsque vous concoctez votre itinéraire. L’Islande est un pays sûrement très différent de ce que vous connaissez, et un voyage réussi et sans encombres se prépare des mois à l’avance. Demandez l’avis de ceux autour de vous qui connaissent l’Islande, ou sur des forums, ou encore en contactant des professionnels du tourisme.

Conduire en Islande peut s’avérer une épreuve, en particulier en hiver. Encore une fois, il faut avoir fait vos recherches avant de partir. Il y a une route principale qui fait le tour de l’île, puis des routes secondaires, et enfin des pistes (des routes non goudronnées). Toutes les routes en F ne sont pas accessibles en hiver et impraticables sans 4x4. Un grand nombre de routes secondaires ne sont pas accessibles en hiver. Par mauvais temps, certaines routes peuvent fermer et ne réouvrir que le lendemain, ou le surlendemain en cas de très mauvais temps. Si votre carte indique qu’une route n’est accessible qu’en 4x4 et que vous n’avez qu’une voiture à deux roues motrices, ne vous y aventurez pas!

Si vous voyagez en dehors des sentiers battus ou en hiver en dehors des routes principales, donnez votre itinéraire à l’association islandaise des sauveteurs via leur site internet. Pour voyager dans les hautes-terres d’Islande, une carte, une boussole et un GPS sont des accessoires importants. Vous ne devriez jamais vous aventurez dans les hautes-terres de l’Islande sans consultez des guides et des spécialistes qui sauront vous conseiller sur la marche à suivre. 

Voyagez en Islande en toute sécurité

Si vous comptez prendre des routes où il faut passer des gués, renseignez-vous et écoutez les conseils de ceux qui l’ont fait. N’essayez pas de traverser une rivière si vous n’êtes pas sûrs à 100% de pouvoir rejoindre l’autre rive. Dans le doute, vous pouvez attendre le matin, car les gués et les rivières sont toujours moins importants et un peu moins profonds avant midi. 

Soyez prêts à tout. 
Consultez la météo et l’état des routes. Souvent. Tout le temps! Il peut faire quelques degrés une minute, puis neiger. Ainsi, quand vous partez en promenade, ne laissez pas votre veste derrière sous pretexte que le ciel est magnifique et sans nuages. Soyez prêts à renoncer à voir telle ou telle chose qui vous avait tant fait rêvé, ou à revoir complètement votre itinéraire s’il le faut. Soyez prêts à l’aventure!

Réfléchissez!
Vérifiez toujours l’état des routes sur le site internet de l’administration routière islandaise, www.road.is. L’état des routes peut changer très rapidement, et une route ouverte peut devenir fermée en quelques heures. Si vous roulez tranquillement sur une route et qu’il commence à y avoir de plus en plus de neige, et que vous avez peur de restez bloqué... faites demi-tour, et vérifiez l’état des routes si vous le pouvez. Il y a des chances pour que la route que vous venez d’emprunter soit fermeé, et si certains troncons sont dotés d’un panneau “ófært” (impassable), la plupart des routes ne mentionnent rien, et compte sur les gens pour se renseigner eux-mêmes.

Voyagez en Islande en toute sécurité

Ne vous fiez pas trop à votre GPS et vérifiez si l’itinéraire qu’il vous propose est censé; fin 2015, un touriste américain est devenu une vedette en Islande car il s’est retrouvé à Siglufjörður, un petit village au nord de l´Islande, au lieu de la capitale islandaise près de 500 kilomètres plus au sud, tout ça à cause d’une faute de frappe.

Ne vous aventurez pas sur un glacier sans guide, ou sur les icebergs de Jökulsárlón, car c’est idiot et très dangereux.

Ne faites pas le malin
Respectez les instructions. Si une route est fermée, ne vous y aventurez pas; si on prévoit une tempête, restez au chaud, même si vous vouliez vraiment voir l’est de l’Islande. Ne grimpez pas une montagne en plein hiver si vous n’en avez jamais fait l’expérience. Vous n’avez aucune idée de ce qui peut vous attendre en Islande. Le mot tempête y prend un nouveau sens, les mot solitude et danger également...

Respectez les barrières et les chemins. En hiver, le sol peut-être glissant et dangereux, en particulier près des chutes d’eau. Attention à la neige qui peut former un sol et donner l’impression que vous marchez “sur du dur”, alors que la neige peut céder sous votre poids.

Voyagez en Islande en toute sécurité

Ne sous-estimez pas la force du vent... et faites attention aux vagues et à la mer lorsque vous êtes sur une plage. Récemment, un voyageur s’est noyé à Reynisfjara près de Vik. Ecoutez les conseils des locaux, car mieux que quiconque ils connaissent leur pays et ses dangers.

Familiarisez-vous avec les numéros d’urgence et les sites à connaitre. Consultez les sites et les réseaux sociaux souvent pour vous tenir informez des éventuels alertes météo, avalanches ou autre:
112
http://safetravel.is crée par l’association islandaise des sauveteurs
le site de la météo

le site de l'administration routière sur l'état des routes
@safeiniceland

Islande24 
© Tous droits réservés

samedi 13 janvier 2018

Aurores boréales en Islande

Lors des longues nuits d’hiver, on peut admirer dans le ciel d’Islande les aurores boréales,  un phénomène naturel qui transforme l’obscurité en un spectacle de couleurs, et même si les aurores boréales sont le plus souvent vertes, vous pourrez en voir des rouges, des violettes ou autres...

Aurores boréales en Islande

Tout d’abord, pour voir les aurores boréales, il faut qu’il fasse nuit noire, que le ciel soit dégagé et que l’activité solaire soit plus ou moins intense. Aucune possibilité de voir les aurores de mai à août donc, car les nuits islandaises ne sont plus sombres à cette époque de l’année. Décembre est une bonne “saison” pour avoir une chance de les observer, car il y a très peu d’heures de jour ce mois-là. Pour savoir si le ciel est degagé (et où), la météo islandaise indique les zones nuageuses sur son site internet. Pour savoir si l’activité solaire est suffisante pour voir les aurores boréales, le même site fait des prévisions pour la semaine à venir, mais nous vous conseillons de ne pas vous fiez à celles-ci au delà de quelques heures.

Il n’y a pas de règles pour les aurores boréales. Elles peuvent apparaître n’importe où, à n’importe quel moment, et durer quelques minutes ou quelques heures. Il n’y a pas de lieu secret pour pouvoir observer les aurores boréales, même si en général les chances d’en voir à la campagne sont plus grandes, car l’obscurité est plus importante et il y a en général peu de pollution lumineuse. Il m’est arrivé de voir une aurore verte très intense juste au-dessus de Tjörnin, en plein centre de Reykjavík.

Aurores boréales en Islande

C’est donc possible de voir des aurores en ville, mais rien ne vaut le spectacle des aurores boréales que dans une ferme au milieu de nulle part. Jökulsárlón est devenue une destination très populaire pour les photographes et chasseurs d’aurores, qui espère pouvoir prendre le cliché parfait de l’aurore et son reflet sur la rivière de glace et d’iceberg au-dessous.

Sachez que vos photos d’aurores boréales auront sûrement l’air plus vives que lorsque vous les verrez à l’oeil nu, car un appareil photo capture avec plus d’efficacité la lumière qui jaillit de l’aurore. N’oubliez pas votre trépied si vous voulez photographier les aurores boréales, car le temps de pose doit être de plusieurs secondes.

Vous avez le choix de louer une voiture et de partir vous-même à la chasse aux aurores, ou de faire appel à une agence touristique, qui peut organiser des excursions de quelques heures à petit prix, ou des séjours plus longs, notamment pour les photographes. Les deux -indépendance ou excursion guidée, ont leurs avantages et leurs inconvénients, mais les professionnels du tourisme connaissent en général les endroits et les astuces pour voir les aurores boréales avec succès. Et si vous n’aviez pas la chance d’en voir, presque toutes les compagnies vous offrent de vous joindre à une seconde excursion gratuitement le lendemain.

Aurores boréales en Islande

Islande24
© Tous droits réservés

jeudi 11 janvier 2018

Activités et aventures sur l’eau en Islande

Kayak
Si vous êtes un kayakeur expérimenté, vous pouvez traverser la plupart des rivières d’Islande et même vous aventurez en mer. Certaines cascades, et notamment celle de Faxi, dans le sud de l’Islande, est réputée pour être un endroit populaire pour les amateurs de kayak. Si vous préférez faire appel à des professionnels (et vous devriez à moins d’en être un vous-même), les agences Arctic Adventures à Reykjavík, The Travelling Viking à Akureyri, deux compagnies de kayak à Skagafjörður ou à Seyðisfjörður vous proposent une aventure de quelques heures à bord d’un kayak.

Activités et aventures sur l’eau en Islande

Surf
Certes, l’Islande n’est sûrement pas le pays qui vient le plus facilement à l’esprit lorsque l’on parle de surf... pourtant, ce sport est de plus en plus populaire dans le pays, mais il reste encore marginal et difficilement accessible pour les novices. Les surfeurs islandais ne semblent pas partager publiquement les lieux où il est possible de surfer, même si on sait que la péninsule de Reykjanes est un endroit réputé pour le surf.

Rafting
En Islande, il est possible de faire du rafting sur la rivière Hvíta, dans le sud de l’Islande, et sur celle de Jökulsá dans le nord. Les guides (qui viennent souvent du Népal, car il est difficile de trouver des spécialistes de rafting en Islande) vous emmèneront sur les rivières glaciales d’Islande où l’aventure est garantie!

Plongée avec tuba
La faille de Silfra, dans le parc national de Þingvellir, est une destination très populaire pour les amateurs de plongée, à toute saison de l’année. De nombreuses compagnies vous y propose des excursions, et même si l’eau de Silfra est très froide (environ 2 degrés), les combinaisons qui seront mises à votre disposition vous maintiendront “au chaud”.

Activités et aventures sur l’eau en Islande

Plongée sous marine
L’Islande offre également de la plongée sous-marine pour les plongeurs les plus expérimentés, et vous mènera à nouveau dans la faille de Silfra sur le site de Þingvellir, où s’est crée le parlement islandais il y a un millénaire. La profondeur de la faille varie de 20 à 40 mètres, et la clarté de l’eau vous promet un spectacle sans précédent.Notez que le certificat PADI est demandé par les agences de plongée, et il faudra également donner vos mensurations pour la combinaison lors de la réservation.

Observation des baleines, macareux et phoques
L’Islande est la destination parfaite pour observer macareux, phoques mais aussi baleines. L’été est la meilleure saison pour observer tous ces animaux; d’avril à septembre pour les baleines, de mai à octobre pour les phoques, et de mi-mai à mi-août pour les macareux. Vous pouvez partir en excursion en bateau pour voir ces trois animaux, mais sachez que si c’est la saison, vous verrez sûrement quelques macareux si vous partez pour observer les baleines. Même si vous n’êtes pas particulièrement fana de ces animaux, rien que partir en bateau sur les mers autour de l’Islande vaut le coup! Des agences tout autour de l’île vous propose de vous emmener en bateau.

Pêche en rivière, lac ou mer
La pêche est un passe-temps populaire en Islande, et vous pouvez vous procurez un permis pour pêcher dans la plupart des lacs et des rivières du pays. Si vous préférez, vous pouvez demander à une agence locale de vous emmener pêcher avec des professionnels. Avec un peu de chance, vous aurez l’opportunité de manger le poisson que vous avez pêché pour déjeuner!

Activités et aventures sur l’eau en Islande

Piscine et sources d’eau chaude
Impossible de parler d’eau sans parler de piscines, même si le sujet mérite un article à lui tout seul. Retrouvez l’ensemble des piscines et sources d’eau chaude d’Islande sur ce site.

Islande24
© Tous droits réservés

mardi 9 janvier 2018

Que faire entre Reykjavík et Akureyri?

A vingt minutes de route du centre ville de Reykjavík, Mosfellsbær est une charmante petite ville qui dispose de nombreuses possibilités de promenades et de randonnées. C’est aussi le lieu où le groupe Sigur Rós y a son fameux studio, Sundlaugin, une ancienne piscine que le groupe a converti en studio en 1999; depuis 2008, le studio est ouvert à tous ceux qui souhaitent y enregistrer leur album... avis aux musiciens! Vous pouvez également visitez Gljúfrasteinn, la maison de l’écrivain Halldór Laxness; prix nobel de littérature en 1955, son oeuvre a été publié en plus de 43 langues. La maison a été préservée telle quelle depuis que la famille de Laxness n’y vit plus. En été, les visites ont lieu de 9 heures à 17 heures, puis de 10 à 16 heures en hiver, en dehors des weekends. Cependant, si vous voyagez en groupe, vous pouvez organiser une visite sur rendez-vous. La visite de Gljúfrasteinn coûte 800 couronnes.

Que faire entre Reykjavík et Akureyri?

Juste après Mosfellsbær, le mont Esja, que vous avez sûrement aperçu depuis Harpa, à Reykjavík, est une chaîne de montagnes populaire pour les randonneurs et les amateurs d’escalade. Plusieurs chemins de randonnée sont balisés, dont les plus connus qui mènent aux sommets de Þverfellshorn et Kerhólakambur, respectivement 780 et 851 mètres.

En continuant votre route vers le nord-ouest, vous pouvez faire un petit détour de quelques kilomètres pour voir la ville d’Akranes, où vivent 6650 personnes. Le centre culturel et musée de Garðar vaut le détour si vous vous intéressez au mode de vie islandais du XIX et XXème siècle. Si vous préférez les activités plus ludiques ou si vous avez des enfants, un tour à la piscine de Jaðarsbakki et au parc récréatif de Garðalundur ravira tout le monde. Akranes est connu pour ses deux phares que vous pourrez admirer près du port; ce sont des points de vue intéressant qui impressioneront en particulier les photographes, et il est possible de visiter le phare le plus grand -qui sert aussi de lieu d’exposition photos.

Que faire entre Reykjavík et Akureyri?

Situé à 75 kilomètres de Reykjavík, Borgarnes compte 2000 habitants et propose bon nombre d’activités pour celui qui la visite, en particulier en été. Pour une vue imprenable et un petit déjeuner copieux, la boulangerie Geirabakarí est idéale. Vous pouvez vous promener dans le parc de Skallagrímsgarður, faire de la randonnée à Einkunnir ou grimper en haut de la montagne Hafnarfjall. Vous pouvez aussi aller voir une exposition d’oiseaux et de photographie au musée de Borgarfjörður, allez nager et vous relaxez dans les jacuzzis de la piscine de Borgarnes. Pour les plus jeunes, une visite à l’aire de jeux de Bjössaróló ou au centre de marionettes Brúðuheimar occupera leur journée de la manière la plus amusante! Le musée de la colonisation de Borgarnes offre deux expositions permanentes: l’une sur la saga d’Egill et une sur la colonisation, basé sur deux livres, “Le livre des islandais” et “Le livre de la colonisation”.

Plus au nord, juste après Bifröst tout au bord de la route numéro un, vous trouverez un petit parking qui vous mènera jusqu’au cratère de Grabrók; vous pouvez faire le tour su cratère en moins d’une demi-heure et admirer la vue magnifique que vous offre les alentours. Plus loin, un détour de quelques kilomètres vous mènera dans le village de Hvammstangi. 580 personnes y vivent aujourd’hui, principalement de la pêche et dutourisme; visitez le musée local pour en savoir plus sur l’histoire de Hvammstangi. Hvammstangi est surtout connue pour abriter la plus grande usine de textile d’Islande, Kidka, et renommé pour les phoques qui longent souvent ses côtes. Vous pouvez visiter le  centre du phoque, musée qui vous apprendra tout sur ce mammifère, ou vous joindre à une excursion en bateau pour les observer.

Que faire entre Reykjavík et Akureyri?

Depuis Hvammstangi, vous pouvez aussi faire le tour de la péninsule de Vatnsnes et aller jusqu’aux magnifiques rochers de Hvítserkur, même si nous vous recommendons de vous arrêter pour la nuit si vous décidez de choisir cette option.

Vous avez maintenant parcouru les deux tiers du chemin qui sépare la capitale islandaise d’Akureyri. Blönduós est sur votre chemin, sur la route numéro un. C’est une petite ville dans la baie de Húnaflói, et elle vit surtout de l’agriculture, la pêche, l’industrie et le tourisme. Il y a tout ce qu’il faut à Blönduós, des magasins, un hôpital, un centre sportif et culturel, une piscine, un camping, un hôtel, des cafés et des restaurants et un golf. Les voyageurs pourront aussi y découvrir un musée artisanal, un musée du textile et une exposition qui vous apprendra tout sur l’arctique, la glace et les glaciers. La ville elle-même se situe près d’une rivière glaciale, Blanda, que vous pourrez admirer en chemin; la rivière prend sa source sur le glacier Höfsjökull et voyage jusqu’à la baie de Húnaflói. Sur le haut de la ville, vous pourrez également voir l’architecture étonnante de l’église de Blönduós, qui ressemble à un cratère de volcan. L’eglise, qui a été dessinée par Maggi Jónsson, est ouverte chaque jour pour les visites, de mi-juin à mi-août.

Blönduós et sa région font de fantastiques endroits pour les pêcheurs, car les meilleures rivières de truites et de saumons s’y trouvent. Renseignez-vous bien avant d’y pêcher car un permis est nécessaire, et pour certaines rivières très riches et prisées, les prix sont faramineux. Voyez ce site.

Que faire entre Reykjavík et Akureyri?

A environ vingt kilomètres de Blönduós sur la route 715, dans la vallée de Víðidalur, le canyon Kolugljúfur et la cascade qui l’accompagne, Kolufoss, forment un bien joli site. Pour profiter de la vue au mieux, nous vous conseillons de vous mettre sur le pont qui traverse la rivière Víðidalsá -rivière riche en saumon qui attire les pêcheurs du monde entier.

Plus loin sur la route numéro un, la ville de Kolugljúfur, dans le fjord de Skagafjörður, est un arrêt fréquent pour ceux qui veulent manger un morceau ou se dégourdir les jambes. C’est la dernière étape avant Akureyri, et vous y trouverez notamment quelques magasins, une station essence, une poste, et évidemment, une piscine. Si vous souhaitez faire une petite promenade, le chemin qui mène au point de vue en haut de la colline de Reykjarhóll est plaisant, et c’est une des rares fois où vous serez entouré d’arbres en Islande. L’office du tourisme pourra vous aiguiller si vous souhaitez faire du tourisme dans la région, et les activités sont nombreuses entre randonnées ou promenade à cheval. La région est notamment connue pour le rafting, et le centre de Bakkaflöt, plus loin dans la vallée, ravira les petits et les grands; vous pouvez aussi y passer la nuit.

Que faire entre Reykjavík et Akureyri?

Vous rejoindrez bientôt le col d’Öxnadalsheiði, et la prudence est de mise si vous voyagez en hiver. Une demi-heure avant d’arriver à Akureyri, arrêtez-vous à la piscine de Þelamörk, un délice de bains plus chauds et agréables les uns que les autres. Un peu plus de 400 kilomètres vous ont menés jusqu’à la capitale du nord, Akureyri, où de nombreuses surprises vous attendent.

Islande24
© Tous droits réservés